• Téléphonie : Comprendre la problématique des Répétiteurs Hertziens et la disparition des abeilles.

    France Telecom, dans le cadre officiel du SERVICE PUBLIC de la téléphonie fixe dite filaire,
    utilise depuis plusieurs décennies des Répéteurs Hertziens pour l'acheminement des signaux.

    Ces Répéteurs Hertziens (RH) génèrent
    des Faisceaux Hertziens (FH) de liaisons de différents types qui sont tous soumis à Servitudes légales et obligatoires (bandes), etc ... , soit :
    - PT1 relatives aux transmissions radioélectriques concernant la protection des centres de réception contre les perturbations électromagnétiques.
    - PT2 relatives aux transmissions radioélectriques concernant la protection contre les obstacles, des centres d'émissions exploités par l'état.
    . . . / . . .

    Ces servitudes font l'objet d'enquêtes publiques et d'un affichage in situ et en Mairie.

    Ces servitudes de faisceaux de liaisons Hertziennes du Service Public des télécommunications sont dûment retranscrites
    notamment dans les documents d'urbanisme (POS, PLU, Règlements spécifiques de zone, etc ...).
    Bien évidemment ces servitudes sont opposables en droit dans tous les documents, notamment les actes de propriétés notariés.

    Concernant la réponse au post précedent, ses sont ces types de RH qui sont disposés sur le pylône FT d'Arthez-de-Béarn sur lequel
    Jean-Marc Aubry a réalisé son action fin novembre 2008.

    C'est aussi pour cela, pour répondre au post ci-dessus, qu'il est effectivement possible et normal que des techniciens puissent élaguer des arbres
    dans une propriété car ceux-ci gênent l'acheminement des signaux du Faisceau Hertzien vers un autre RH qui est dans ce cas situé à environ 15 km.

    Ces faisceaux étant parfaitement enregistrés avec toutes les précautions réglementaires concernant notamment les azimutages,
    les élévations ainsi que leurs impacts terminaux (canal de fuite parfaitement connu),
    n'ont jusqu'à présent pas causé de problèmes particuliers par rapport à la Santé humaine.
    Leur nombre étant relativement limité sur le territoire national et dans le monde, leur impact sur le vivant était considéré comme négligeable,
    notamment pour la faune (exemple abeilles), car en quelques secondes, les animaux avaient la possibilité de se trouver hors du faisceau et
    de récupérer un état normal.


    Téléphonie Mobile = Une nouvelle pollution environnementale
    ARTIFICIELLE issue du spectre des HyperFréquences micro-ondes . . . en libertés !!!
    (qu'aucun métabolisme du vivant ne peut gérer).


    Il y a environ un peu plus d'une décennie les opérateurs de téléphonie mobile qui utilisaient quasi essentiellement le filaire pour interconnecter
    soit les BST entre elles (maillage) ou vers des BSC / MSC / CS, etc . . . ont utilisé avec parcimonie des liaisons RH dans des cas précis de BST situées
    dans des zones particulièrement accidentées montagneuses pour les liaisons.
    Ceci ne générait en principe aucun problème particulier dit biologique ou sanitaire.

    Depuis quelques années pour diverses raisons, notamment de simplicité d'utilisation et de mise en oeuvre, de rationalisation, de goût (business)
    et enfin pour s'affranchir du passage par le réseau filaire de FT, les opérateurs ont commencé par installer,
    avec une montée en charge progressive systématiquement des RH sur la plupart des BST.

    Force est de constater qu'il n'y a pas eu à l'époque, faute d'information, de réaction des autorités ou de la population.

    Le problème essentiel étant que face à cet état de fait les opérateurs se sont "engaillardis"
    et se sont ensuite quasiment affranchis des dispositions réglementaires de créations de FH.
    La raison en est simple (technique): En effet lorsque France Télécom réalisait une liaison en FH, celle-ci était sécurisée
    notamment en amont de la réalisation physique de l'installation
    par une étude d'installation souvent sur un choix de point haut, vers un autre point haut avec EVIDEMMENT
    une étude sérieuse sur l'impact du faisceau de fuite soit au sol, soit perdu dans le ciel.
    Un dossier réglementaire était donc ensuite instruit toujours avant construction de l'installation,
    qui aboutissait à l'enquête publique de création de servitudes relatives aux transmissions radioélectriques.

    En ce qui concerne les opérateurs qui sont des sociétés privées dépendantes du droit commercial,
    ce type de cheminement réglementaire est quasiment impossible à réaliser,
    tout simplement parce que les BST sont dans la plupart des cas déjà implantées,
    notamment en zones urbaines et qu'évidemment les liaisons par FH ne peuvent souffrir de correctifs en azimutages ou élévations !!

    En conséquence les opérateurs de TM ont choisi dans la plupart des cas de s'affranchir de la réglementation en vigueur, car celle-ci était impossible à respecter.
    De plus comme évidemment la téléphonie mobile n'est pas un service public, il était donc impossible de réaliser des enquêtes légales publiques des servitudes.
    Cette chaîne d'illégalités s'est de facto appliquée aux actes notariés du foncier des bailleurs de BST, des usufruitiers, ayants droits, actes co-latéraux, etc . . .

    Aspect sanitaire,

    il faut savoir que ces servitudes génèrent non seulement des limitations des hauteurs de constructions (obstacles) notamment d'immeubles,
    mais surtout de création de zones foncières dites non aedificandi,
    ce qui depuis quelques années en fonction de l'évolution de la valeur du foncier situé en zone constructible prend une très grande importance.
    En d'autre terme un terrain situé à plusieurs kilomètres d'une BST peut avec un FH être déclaré officiellement non constructible même dans une zone constructible.
    Bien évidemment actuellement en l'absence de servitudes déclarées il est impossible de savoir les lieux et le nombre exact de FH qui ont un impact final au sol.
    En conséquence, combien de personnes sont impactées par les irradiations des FH sans le savoir, ceci est donc un scandale sanitaire.


    Un parallèle peut être réalisé avec les BST de puissances appelées macro-stations qui à l'origine n‘étaient installées qu'à la campagne
    (en raison de leur dangerosité dans la zone proche) pour couvrir une vaste zone,
    ensuite en catimini certaines ont été installées en en zones péri-urbaines et enfin carrément actuellement en zones urbaines !.
    La liste est longue des évolutions de la TM vers le toujours plus, dites "No limits".
    Un autre exemple qui peut avoir de graves conséquences sanitaires :
    si l'on reprend les anciennes brochures éditées par "la machine de guerre" des opérateurs appelée AFOM,
    il est stipulé qu'évidement les antennes relais sont installées sur des points hauts, sous entendu de telles façons
    que les faisceaux avec des tilts adaptés ne font pas face aux habitations.
    L'ANFR a donc réalisé en ce sens dans le protocole de mesures un schéma où est clairement stipulé
    une hauteur d'émetteur évidement nettement supérieure au point de mesure.
    En 2004, l'association de Crest ASL, constate que l'ANFR transpose faussement en inversion dans les rapports les mesures des émetteurs
    qui sont en réalité dominés par les points de mesures d'appartements de particuliers dans les immeubles.
    Ceci est totalement scandaleux et trompeur pour le non initié, mais qu'à cela ne tienne depuis l'ANFR
    a simplement rajouté un aliéna qui précise que le schéma normal proposé peut être l'inverse !.


    Le problème aurait pu être marginal, mais les opérateurs dans leur recherche d'un profit maximum,
    ont fait littéralement exploser de façon exponentielle le nombre de RH,
    à tel point qu'à ce jour le nombre de FH issu des télécommunications du service public de FT est devenu totalement marginal !.

    A ce jour les FH qui sont sur le territoire sont donc maintenant essentiellement issus de la TM, leur nombre croit journellement,
    il est actuellement estimé à plus de 120 000 unités, ce qui est phénoménal.
    On constate actuellement une création journalière de FH de la TM en France
    de ± 60 nouveaux Faisceaux Hertziens par jours ouvrables !!

    Ceci a évidemment totalement bouleversé l'environnement électromagnétique en fréquence GHz
    avec les conséquences que nous connaissons bien évidemment sur l'humain,
    mais aussi sur la faune, dont les oiseaux (embryons d'oeufs, etc . . .), les insectes et évidemment les abeilles.

    D'ailleurs en ce qui concerne notamment les abeilles la cause est entendue,
    même s'il peut y avoir co-promotion avec d'autres pollutions environnementales (pesticides, etc...),
    la généralisation des FH a signé leur arrêt de mort.


    Paradoxalement si des personnes telles que Bernard Vaissière qui dirige le laboratoire de pollinisation et d'écologie des abeilles
    à l'INRA d'Avignon n'avait pas rompu le dialogue avec Next-up organisation, nous aurions pu apporter l'évidence que les FH sont
    effectivement des tueurs d'abeilles avérés dans un laps de temps de quelques secondes (désorientation)
    à quelques minutes pour leurs condamnations à mort.


    En effet les fréquences en 20 GHz à 50GHz sont des fréquences du spectre micro-ondes millimétriques.
    Plus la fréquence est élevée, plus la longueur d'onde est courte
    et plus l'onde transporte de l'énergie, en d'autres termes, l'énergie transportée est inversement proportionnelle à la longueur d'onde.
    Il faut savoir que contrairement aux irradiations en MHz décimétriques ou centimétriques,
    les irradiations en GHz issues des Faisceaux Hertziens n'ont aucune diminution d'énergie transportée avec la distance,
    celles-ci sont annihilées seulement par des obstacles (Servitudes de protection contre les obstacles) ou la courbure de la terre (25 Km),
    en conséquence il est évident que les seules Zones Blanches (zones de survies)
    sont actuellement par exemple pour les abeilles les . . . zones urbaines.



    - Demandes au Gouvernement :

    - Next-up organisation exige le démantèlement immédiat de tous les RH non réglementaires et non nécessaires au fonctionnement normal de la TM.
    Ceci engendrerait une diminution drastique des Faisceaux Hertziens.
    Ce retour à la "normalité" (nombre antérieur), serait salutaire pour tout le vivant.

    - Next-up organisation demande aux autorités sanitaires la création d'études épidémiologiques avec clusters pour des études de cas concernant cette problématique.

    - Next-up organisation demande l'engagement de la responsabilité pénale de tous ceux qui sont en charge de responsabilités
    concernant l'application de la réglementation (manquements aux devoirs de leur charge),
    ainsi que de tous ceux qui n'ont pas respecté la réglementation attachée au déploiement des RH (infractions par rapport à la réglementation).


    Nouveau et "scandaleux" :

    - Ce 22 août 2008,
    un décret [Legifrance] du . . . Conseil d'État
    pris après avis de . . . la Commission Supérieure du Service Public des Postes et des Communications Électroniques,
    précise les obligations de Service Public en matière de communications dites électroniques.
    Ce nouveau décret "taillé sur mesure" déroule "le tapis rouge" aux opérateurs qui peuvent maintenant s'immiscer dans le Service Universel,
    donc dans la notion, même restrictive, de Service Public.

    Même si en droit tout est contestable, c'est incontestablement une nouvelle grande victoire digne et dans la lignée du fameux décret 2002-775.
    Ce décret va rendre beaucoup plus complexe l'illégalité de l'immixtion (financière) des collectivités locales notamment départementales,
    ce que Next-up organisation dénonce depuis des années à la Cour des Comptes.
    Dans ces conditions, pourquoi pas encore un nouveau décret qui exonérerait les opérateurs de TM de Servitudes pour les RH,
    avec bien évidemment, car autant boire le coupe jusqu'à la lie, une rétroactivité pour absoudre les illégalités !.


    - Décembre 2008,
    Femtocells : il ne se passe pas une journée sans qu'une annonce soit faite de la création dans chaque département de plusieurs
    centaines d'antennes relais en tous genres [exemple 387 Antennes Relais suplémentaires sur un seul département],
    notamment WiMax, etc . . . souvent interconnectées par Faisceaux Hertziens.
    Cela correspond à des dizaines de milliers de nouvelles antennes relais collectives, qui vont prochainement se rajouter
    aux Femtocells (relais individuels . . . d'antennes relais !) destinée à créer une zone de couverture restreinte puissante,
    dont le nombre va se chiffrer certainement en millions (idem que les box) !

    La finalité des Femtocells sera l'uniformisation d'un rayonnement maximum égal pour tous,
    équivalent à celui actuel d'une proximité avec une BST d'antennes relais.
    Début de l'ultime catastrophe sanitaire ?.

    Un dossier complet sur les Femtocells est en cours.

     

    http://next-up.org/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :